Programme synoPSYs 2013

Chères Consoeurs, Chers confrères, veuillez trouvez ci-dessous le programme de formation continue pour l'année 2013.
Les lieux où se dérouleront ces séminaires seront précisés sur l'invitation que les membres en ordre de cotisation reçoivent.

Le 06 février 2013

« Le suicide comme choix » Pr. M. DESSEILLES.

"De manière générale, il apparaît que l’acte suicidaire est hautement imprévisible par les moyens scientifiques actuellement à notre disposition. Dans cet exposé, nous formulons l’hypothèse que la prédiction du suicide est compliquée parce qu’elle résulte de la prédiction d’un choix, lequel est lui-même imprévisible. Nous proposons un modèle du suicide selon l’apprentissage par renforcement. Dans ce modèle, nous intégrons d’une part les quatre principaux modulateurs ascendants (acétylcholine, noradrénaline, sérotonine, dopamine) avec leurs régions de projections et d’afférences respectives, et d’autre part, différentes observations d’imagerie cérébrales trouvées à ce jour dans le processus suicidaire."   Accéder au fichier

référence: Martin Desseilles, "Prédire le suicide ou prédire l’imprévisible dans un monde incertain. Modèle du suicide selon l’apprentissage par renforcement", Santé mentale au Québec, 2012, XXXVII, 2, 107-127

 

Le 13 mars 2013

« Place de l'ingénieur en psychiatrie » M. M. TAQUET.

La recherche en psychiatrie jouit aujourd'hui d'un accès à des données de plus en plus riches et de plus en plus nombreuses. En particulier, l'imagerie cérébrale offre de nouvelles opportunités pour mieux comprendre les signes physiologiques des troubles psychiatriques. Les conclusions tirées de leur analyse est souvent au centre d'une grande attention médiatique. Info ou intox ? La question mérite d'être posée lorsqu'on voit que ces mêmes méthodes d'analyse permettent de montrer l'activité dans le cerveau d'un saumon... mort ! La masse et la richesse des données demandent-elles le développement de nouvelles méthodes d'analyses ? Ces nouvelles méthodes mèneront-elles vers plus de vérité et de savoirs ? Mais comment sait-on que l'on sait ? La réponse à ces questions est la responsabilité d'ingénieurs d'un nouveau genre: les ingénieurs en psychiatrie.

Lire l'article « Doutes sur la fiabilité des neurosciences » faisant suite à l'article paru dans Nature « Power failure: why small sample size undermines the reliability of neuroscience ». Sur le même sujet : « Negativland - a home for all findings in Psychology ».

 

Le 24 avril 2013

« Les syndromes démentiels à thérapeutique chirurgicale » Dr. M.T. NGUYEN-KHAC

Le pattern étendu des altérations cognitives chroniques ou aiguës rend parfois compte d’étiologies réversibles parmi lesquelles certaines sont traitables chirurgicalement. La séance s’attachera à développer spécifiquement ces cas de figure en revoyant leurs éléments cliniques, les traitements chirurgicaux qui peuvent en découler, ainsi que les complications potentielles.   Accéder au fichier

 

Le 08 mai 2013

« Prise en charge de la douleur » Dr. G. BLAISE

La douleur chronique est un problème sévère pour lequel il n'existe pas de solution simple. Des milliards sont investis en recherche pour trouver de nouvelles solutions. Des milliards sont dépensés en clinique pour soigner ce problème sans arriver, le plus souvent, à en venir à bout. Devant ces coût financiers et cet investissement humain, nous devons nous demander si nous pouvons aller plus loin dans les soins et les recherches et si une éthique respectueuse de l'individu, des ressources cliniques et financières peut être proposée.

Douleur chronique, peut-on faire plus ?    Accéder au fichier

 

Le 12 juin 2013

« L'hypnothérapie » Dr. V. ZELINKA

Au cours du temps, de nombreux auteurs ont observé que des techniques hypnotiques pouvaient générer des changements thérapeutiques. La technique hypnotique fait l'objet de nombreux mythes et l'éthique de son utilisation rencontre les questions d'éthique psychiatrique dans le contexte plus général qu'est l'utilisation d'outils psychothérapeutique dans le cadre psychiatrique. Ainsi, l'accent est-il placé sur les termes d'influence plutôt que de manipulation, et cette nuance concerne non seulement l'hypnothérapie mais également le coeur même du métier de psychiatre. Le but de cet exposé est d’informer sur la nature de ces techniques, de donner un aperçu de leurs mécanismes d’action et de fournir des exemples de leur utilité en pratique clinique. Tout d’abord, nous allons décrire la manière dont les techniques hypnotiques sont généralement utilisées en pratique clinique. Ensuite, nous allons expliquer comment ce type de pratique peut aboutir à des changements thérapeutiques. Enfin, nous passerons en revue les indications et les contre-indications relatives à cet outil de soin.

 

Le 11 septembre 2013

«Argent et Bonheur: Petit Guide Pratique» M. J. QUOIDBACH, PhD

Si la plupart des gens n’hésitent pas à se faire conseiller par des professionnels lorsqu’il s’agit d’économiser ou de faire fructifier leur argent, il peut paraître farfelu d’apprendre à mieux le dépenser. Pourtant un nombre grandissant d’études scientifiques démontre que nous avons souvent tendance à dépenser notre argent d’une manière qui ne nous rend pas particulièrement heureux. Lors de cette conférence, nous verrons que contrairement à l’adage populaire, l’argent peut faire le bonheur à condition de respecter 5 principes de bases mis en évidence par la recherche scientifique. Cette conférence aura également l'intérêt de nous faire réfléchir attentivement sur l'impact de l'argent sur la santé et en particulier, l'argent comme vecteur de santé pour soi ou pour les autres. En temps de crise et en temps de remise en question du coût des soins de santés, trop cher pour les organismes de régulation, trop peu valorisé pour les praticiens, l'étude des liens entre argent et bonheur et entre argent et santé mentale, sera l’enjeu éthique voire économique de cette conférence.

 

Le 16 octobre 2013

« La rémission fonctionnelle dans la schizophrénie » M. P. GEERTS

À l’heure actuelle, il est clair qu’il n’est plus suffisant de viser seulement la rémission symptomatique de la schizophrénie. Il est en effet crucial que le patient puisse aussi mener une vie personnelle satisfaisante et autonome au sein de la société, et ceci n’est possible que s’il peut également atteindre une rémission fonctionnelle. Cet exposé vise à montrer les différents aspects du fonctionnement, depuis la définition jusqu’à l’évaluation dans la pratique, au travers des facteurs susceptibles de prédire, de favoriser et d’influencer les niveaux de fonctionnement du patient. Cette formation offre aussi la possibilité d’étudier le concept de rétablissement dans son ensemble, avec tous les différents facteurs et domaines qui sont impliqués, et propose un certain nombre de recommandations pour atteindre l’objectif de fonctionnement optimal pour chaque patient en rémission. En résumé, cette conférence met l’accent sur l’importance d’inclure la rémission fonctionnelle dans les objectifs de traitement de la schizophrénie. L’exposé reflète aussi la vision de spécialistes belges sur ce sujet, vision généralement acceptée mais rarement définie ou opérationnalisée, et offre par ailleurs quelques conseils pratiques pour atteindre l’objectif énoncé.

La rémission fonctionnelle dans la schizophrénie : une perspective belge.   Accéder au fichier

 

Le 13 novembre 2013

« La douleur chronique, trouver l'intrus ! » Dr. N. MASSART
"La fibromyalgie est la pathologie douloureuse chronique la plus importante. Reconnue maladie rhumatismale par l'OMS en 1992, la fibromyalgie a une prévalence de 2 à 4% dans la population générale. Pouvant s'observer à tous les âges, elle est une affection ubiquitaire observée dans une grande variété de groupes raciaux et de milieux culturels. En 1997, le coût direct annuel de la fibromyalgie représentait 10 milliards de dollars. Restant mal comprise sur le plan étiologique, deux ordres d'anomalies sont régulièrement rapportées: des anomalies du sommeil et du processus de la douleur.
Sur le plan clinique, aux symptômes habituels de douleurs régionales multiples et de fatigabilité s'associent des symptômes locomoteurs variables et des symptômes non locomoteurs. L'examen clinique est marqué par la présence de points douloureux appelés tender points. Une exploration complémentaire est nécessaire afin d'éliminer les affections entrant dans le diagnostic différentiel. Le traitement reste difficile et nécessite une approche bio-psycho-sociale dont les médications et la rééducation progressive à l'endurance. Enfin, il conviendra de démasquer les syndromes dépressifs et anxieux qui s'associent à ce syndrome douloureux chronique et les traités efficacement.
Maladie où souffrance psychique et somatique s'entremêlent, la fibromyalgie nécessite une prise en charge et un éclairage pluridisciplinaire. C'est tout l'intérêt de la réunion scientifique que nous organisons ce mercredi 13 novembre."

 

Vous souhaitez en savoir plus sur un des sujets?
Vous souhaitez prendre contact ou inviter un conférencier?
Envoyez un email à info@synopsys.be

Le docteur Vladimir ZELINKA est médecin psychiatre, psychothérapeute et spécialiste de l'hypnose.
Le docteur G. BLAISE est médecin anesthésiologiste et professeur aux départements d'anesthésiologie et de médecine de l'Université de Montréal.
Le Dr. Minh-Tuan NGUYEN KHAC est neurochirurgien au C.H.R. de Namur et consultant au C.H.U. de Liège.
M. Maxime TAQUET, Master en Sciences, est PhD Student à l'Université catholique de Louvain et chercheur invité à Harvard Medical School.
Le Pr. Martin Desseilles est médecin psychiatre, psychothérapeute et professeur à l’Université de Namur.
M. Paul GEERTS est medical advisor chez Janssen-Cilag.
M. Jordi QUOIDBACH est docteur en psychologie et professeur à l'université de Barcelone